Matra Manufacturing & Services, anciennement Matra Automobile, est une entreprise française de l'industrie automobile. Elle est détenue par la marque Pininfarina. Née de la reprise de la société de construction automobile Automobiles René Bonnet, elle a été constructeur d'automobiles de série et de voitures de sport. Elle s'est illustrée en compétition automobile par la construction de monoplaces (Formule 1, Formule 2, Formule 3) et de voitures Sport-prototypes, confiées à son écurie de course Matra Sports et parfois à d'autres écuries.

versions 5 et 6 (1964 - 1968)

En 1964 Matra Sports (principal partenaire et actionnaire, fabriquant des carrosseries de Djet en fibre de verre dans son usine de Romorantin du Loir-et-Cher, reprend René Bonnet mis en faillite par l'échec commercial de cette Djet, et poursuit la conception et commercialisation des versions 5 et 6.

La carrosserie de la Djet V est modifiée avec une prise d'air avant rectangulaire et agrandie, coffre à bagages plus vaste grâce à l'allongement du porte-à-faux arrière de 40 cm, passages de roues arrière agrandis, hayon arrière ouvrant d'arrière en avant (sens inversé), butoirs arrière verticaux remplacés par un pare-chocs horizontal et feux arrière de Simca 1300 / 1500 au lieu des feux ronds de poids-lourd. Elle est motorisée par un moteur Cléon-Fonte Renault Sport Alpine Gordini à 5 paliers, avec deux puissances disponibles : 1 108 cm3 de 70 ch pour la Djet V, et 1 108 cm3 de 94 ch à culasse hémisphérique de Renault 8 Gordini pour la Djet V S.

1965 : Matra-Bonnet Djet V (à moteur Renault 1108 cm³ 70 ch) et Djet VS (moteur de Renault 8 Gordini de 1108 cm³ de 95 ch créé par Amédée Gordini)
1966 : Matra-Bonnet Djet 5, Djet 5 S, et Djet 6 (à moteur Gordini 1255 cm³)
1967 : Matra-Sports Jet 5, Jet 5 S, et Jet 6 (à moteur Renault Gordini 1255 cm³)

En juillet 1966, les Matra-Bonnet Djet 5 et Djet 5 S sont rebaptisées "Matra-Sports Jet 5" et "Matra Sports Jet 6" par abandon du nom Bonnet et du D de Djet suite à la liquidation de la société Automobiles Bonnet et la fin des accords qui la liaient à Matra Sports. Le logo "Matra Sports" est apposé sur le capot et la face arrière. Le Jet 6 est motorisée par un moteur de Renault 8 Gordini 1300 de 1 255 cm3 de 105 ch SAE pour 210 km/h. Contrairement à la Renault, la boîte de vitesses conserve 4 rapports. Une version Luxe est reconnaissable à son pare-chocs avant, sa planche de bord et à son volant à jante bois.

La technologie perfectionnée de la Djet à son lancement (treillis tubulaire, suspensions triangulées avant et arrière, 4 freins à disques) a été entre autres la cause d'un prix de vente élevé (elle est vendue plus chère qu'une Alpine A110 concurrente). Sa version Aérodjet avec roues arrière carénées pour la compétition, engagée aux 24 Heures du Mans 1963 et 1964 a remportée peu de compétition. Concurrente entre autres des Renault 8 Gordini, Alpine A110, Lotus Elite 14, Lotus Seven, Lotus Europa, CG 1000, CG 1200 S, Jidé...., elle est remplacée par les Matra 530 en 1967, Matra-Simca Bagheera en 1973, et Talbot-Matra Murena en 1980. La Matra Djet est à l'origine de Matra Sports et de son succès en compétition automobile (entre autres Champion du Monde de Formule 1 en 1969 avec ses Matra MS80 pilotée par Jackie Stewart, et triple vainqueur aux 24 Heures du Mans 1972, 1973, et 1974 avec Henri Pescarolo, Graham Hill, Gérard Larrousse sur Matra Simca MS670...)

 

 

Pin It

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.